Accueil >> Finances Perso >> Investir En Bourse >> 7 critères indispensables pour bien choisir une action en Bourse

7 critères indispensables pour bien choisir une action en Bourse

Aujourd’hui sur Buziness 24 je reçois Sovanna Sek du blog Investir en Action. J’ai découvert son blog il y a plusieurs mois et j’apprécie beaucoup son travail. Son blog dispose assez d’information si vous souhaitez enfin investir en action. Trouvez dans cet article un résumé de son expertise dans lequel il vous propose 7 critères indispensables pour bien choisir une action en bourse.

Aller Sovanna dit nous comment bien choisir une action en bourse.

Vous avez ouvert un compte-titres ou un PEA. Vous avez appris les bases de l’analyse fondamentale et technique. Néanmoins, vous ne savez pas sur quel pied danser pour bien choisir une action en Bourse. Au bout du compte, vous avez peur de mal faire. Votre hésitation est tout à fait compréhensible. Rassurez-vous ! Il n’y a pas le feu au lac si vous avez bien fait les choses en amont.

Ce qu’il vous faut, ce sont des points de repères pour choisir correctement les actions en Bourse pour construire un portefeuille boursier rentable sur le long terme.

Avant de prendre connaissance des 7 critères essentiels qui vont vous aider, je vous demande une chose qui va vous éviter de vous disperser dans votre stratégie et décision d’investissement.

Faites une short liste des actions que vous souhaitiez en avoir dans votre portefeuille

Aux États-Unis et en Europe, il y a respectivement plus de 9 000 et 8 000 sociétés cotées en Bourse. C’est très large mais vous désirez acheter celles qui peuvent augmenter régulièrement la performance future de votre portefeuille. Comment faire ?

La vérité est qu’il y a une grosse majorité d’actions en Bourse à ne pas posséder en portefeuille sur le long terme. Pourquoi ?

Premièrement, elles ont un business model à faible valeur ajoutée. Deuxièmement, elles évoluent pour la plupart dans un secteur concurrentiel, cyclique ou volatil. En écartant ces sociétés cotées de votre short liste, vous avez fait une bonne partie du travail. Encore faut-il les distinguer ?

Comme je ne suis pas égoïste, j’ai envie de vous aider plutôt de vous laisser en galère. Voici quelques indices :

  1. Évitez les entreprises dont l’État est actionnaire. C’est en règle générale destructeur de valeur. Les mauvais exemples se trouvent en Europe, en particulier en France et en Italie.
  1. Évitez les entreprises trop dépendantes des décisions politiques. Les médias, le bâtiment, la défense ou les services collectifs sont des secteurs à éviter dans le cas où les États ne peuvent plus intervenir dans l’économie en raison de leur niveau élevé de dette publique.
  1. Évitez les entreprises qui se basent sur un avantage concurrentiel sur les prix. Sachez que la légende de l’investissement, Warren Buffett a horreur de ce genre d’entreprise.
  1. Achetez des actions qui vous semblent familières avec un business facile à comprendre et des perspectives de bénéfices prévisibles.
  1. Évitez d’investir dans des start-up cotées en Bourse. Pourquoi devriez-vous suivre ce conseil ? Ces entreprises ne répondent pas à la politique de placement des investisseurs professionnels. Ses derniers préfèrent investir sur quelque chose de plus prévisible. En plus, elles ne sont pas entièrement rodées à la communication financière.
  1. Ne faites pas preuve de patriotisme pour choisir une action en bourse. Rien ne vous empêche de jouer la carte internationale. De plus, si vous êtes un investisseur de la zone euro comme moi, vous pouvez investir dans une quinzaine de pays sans risque de change.

Après avoir compris mes recommandations, vous pouvez établir votre short liste. Sauf que cela reste vague de votre part. Pour être plus clair, voici 7 critères indispensables pour bien choisir vos actions en Bourse.

Critère n°1 : L’évolution du BPA sur 7 à 10 ans

Le BPA (Bénéfice par action) est la première chose que regardent les investisseurs professionnels. Vous devez le faire de même. Pourquoi ?

C’est le facteur dominant de la hausse du cours d’une action en bourse et donc de la création de la valeur ajoutée pour l’actionnaire.

Toutefois, un bon BPA sur une seule année ne signifie pas que vous avez à faire à une action en Bourse de belle qualité. Si vous voulez évitez de commettre des erreurs dans vos choix, je vous conseille d’analyser la tendance du BPA sur un cycle économique entre 7 et 10 ans.

Bien sûr. Il est nécessaire que la tendance soit haussière sur cette période mais vous serez confronté à un autre bémol. Même si vous avez trouvé une action en bourse de belle qualité, vous devez l’acheter en fonction de son futur.

La réalité est que de jolis bénéfices passés ne vous disent rien sur ses performances futures malgré que ce soit un indicateur d’une belle entreprise.

Voici deux exemples : Une avec Air Liquide qui arrive à faire régulièrement des bénéfices et une autre avec les banques françaises qui ne donnent pas envie d’investir.

Bénéfice par action Air Liquide

Bénéfice par action des banques françaises

Critère n°2 : Les relais de croissance

Vous voulez réussir vos investissement sur le marché actions? Soyez conscient que ce n’est pas une affaire de chiffres. Il y a une analyse qualitative à faire. Elle est difficile à maîtriser à cause de sa subjectivité.

Pour cela, vous devez trouver des relais de croissance de l’entreprise cotée en Bourse parce qu’ils déterminent ses bénéfices futurs. Honnêtement, l’expliquez de manière théorique me semble flou. Avec un exemple, c’est vachement mieux.

Prenons le cas d’Apple.

La marque à la pomme est devenue un géant de la technologie grâce à l’iPhone qui a révolutionné le monde de la téléphonie mobile. Depuis 2015, ses bénéfices marquent le pas à cause de la Chine avec la concurrence locale et une baisse des ventes de ses produits, y compris l’iPhone.

Faut-il s’en inquiéter sur le long terme ? L’engouement du public envers Apple s’essouffle parce que ses produits sont rentrés dans une phase de banalisation générale. À chaque sortie d’un nouveau iPhone ou iPad, le côté innovant ne se fait plus sentir.

Cela dit, la situation financière reste saine malgré une augmentation de l’endettement. Elle possède une grosse trésorerie. Côté relais de croissance, Apple cherche des pistes en gardant son authenticité : paiement mobile, streaming. En tout cas, elle a les moyens de ses ambitions pour trouver un juste équilibre entre vendeur de produits et prestataire de services dans le domaine de la technologie.

Pour vous rassurer, je ne vous demande pas de faire une analyse des relais de croissance avec un résumé littéraire. Un tableau suffit pour les répertorier. Pour vous faciliter votre tâche, choisissez des actions en bourse qui évoluent dans un secteur à la portée de vos compétences.

Critère n°3 : La position concurrentielle

Avant d’acheter une action en bourse, il est d’important de connaître sa position concurrentielle dans son secteur de prédilection. Ma préférence va pour les leaders de marché.

Coca Cola est un bon exemple d’un leader de marché dans les boissons. Si elle est encore sur le devant de la scène, c’est grâce à sa présence internationale lors des grands évènements sportifs (Jeux Olympiques, Coupe du Monde de football), sa relation avec les stars de la musique ou du sport et son authenticité.

L’atout numéro un de Coca Cola est que c’est une marque dont la plupart des gens s’identifient. En aparté, la boisson apporte du plaisir et un moment détente.

Enfin, vous remarquez que c’est une marque qui prend de la place dans les rayons de supermarché. Pas étonnant que c’est la boisson la plus achetée. Orangina et Pepsi ne font pas même pas le poids.

Comme vous le voyez, ce n’est pas insurmontable d’en trouver. J’avoue que c’était facile. Ceci dit, vous n’êtes pas obligé de choisir le numéro un absolu. Prendre le second ou le troisième n’est pas forcément une erreur.

Avant de passer au critère suivant, évitez à tout prix les entreprises qui évoluent dans un secteur trop concurrentiel basé sur les prix. Par exemple, je passe mon chemin sur le textile de masse et les loisirs.

Critère n°4 : La pérennité financière

Vous en tant qu’investisseur particulier, vous avez tendance à écouter naïvement les médias financiers. Ce n’est pas de la provocation mais une réalité. Ses derniers mettent en avant le gearing (dette nette/capitaux propres) pour mesurer la pérennité financière d’une entreprise. Plus le ratio est bas, mieux c’est. Cependant, n’allez pas top vite parce que c’est un ratio financier pas très pertinent.

Primo, il essaye de relativiser le niveau de la dette en retranchant avec la trésorerie. Cela vous donne la dette nette. On peut dire que c’est une manipulation comptable intelligente. Deuzio, le gearing vous indique si l’entreprise privilégie plus la dette que les capitaux propres pour financer son activité.

Quelles sont les meilleures alternatives ? Il y a deux ratios financiers qui méritent d’être mis en lumière.

Le premier est la Dette nette/EBITDA. Pour information, l’EBITDA est le résultat d’exploitation sans prendre en compte les dépréciations et les amortissements.

Pourquoi le Dette nette/EBITDA ? Il permet d’évaluer la capacité de l’entreprise à honorer une partie annuelle de sa dette. Plus il est bas, mieux c’est.

Le second est le ratio « capitaux propres/total des actifs », appelé solvabilité globale. Il mesure la capacité de l’entreprise à faire face aux dépréciations d’actifs. Pour les entreprises non financières, fixez-vous une limite qui ne descend pas en dessous de 20 %.

Critère n°5 : La croissance du dividende. Non au rendement élevé !

Le dividende est une sorte de revenu complémentaire. C’est toujours bon à prendre. Votre premier réflexe est de trouver une action en bourse avec un rendement élevé. Avec du recul, ce n’est pas forcément la meilleure solution pour toucher régulièrement des dividendes.

Des exemples avec des images valent mieux qu’un long discours. Un rendement élevé n’est pas forcément un gage de sécurité.

Prenons le cas de Vivendi.

Evolution dividende Vivendi action en Bourse

Source Trading Sat

Prenons le cas d’Engie

Evolution dividende Engie action en Bourse

Source Trading Sat

Vous constatez que ses 2 entreprises ont réduit pendant quelques années leur dividende. Ce qui est le signe qu’elles ont rencontré quelques difficultés dans leur activité.

Si vous voulez être serein en Bourse, privilégiez des entreprises cotées qui parviennent à augmenter ou maintenir régulièrement leur dividende.

Critère n°6 : Une bonne gestion de la trésorerie

Savez-vous que la trésorerie est essentielle pour la survie de l’entreprise. D’une part, cela permet d’autofinancer son activité. D’autre part, c’est un critère que regardent attentivement les investisseurs professionnels pour la sauvegarde du dividende.

La première chose à observer est la trésorerie d’exploitation. Si elle est négative, c’est qu’il y a un vrai problème de gestion financière de la part du management.

La seconde est que le free cash flow soit au supérieur au montant du dividende. Pourquoi ? Cela signifie que le versement du dividende est sain pour les actionnaires.

Cela vous paraît abstrait. Voici un article qui vous montre comment analyser un tableau de flux de trésorerie d’une entreprise.

Critère n°7 : L’analyse graphique

Pour les fondamentalistes, l’analyse graphique n’a aucune utilité. Ils la considèrent comme le fast-food de la Bourse. Ce que je pensais personnellement lors de mes débuts en Bourse. Finalement, j’ai retourné petit à petit ma veste.

L’avantage de l’analyse graphique est qu’elle possède un pouvoir psychologique sur les investisseurs. Sur une longue période, l’évolution graphique d’un cours de Bourse permet de savoir si c’est une valeur à acheter ou pas. Quant timing d’investissement à l’achat, je risque de vous dégoûter en allant trop dans les détails techniques. Comme l’alcool, allons avec modération.

Voici des exemples avec Crédit Agricole et L’Oréal.

 

Analyse graphique action Crédit Agricole action en Bourse

 

Analyse graphique action L'Oréal

Vous pouvez constater qu’il n’est pas très tentant de s’aventurer sur Crédit Agricole. Pour L’Oréal, tout le monde dit que la valeur est trop chère en terme de valorisation. D’un autre côté, c’est une prime à la qualité. La moindre consolidation baissière est plutôt vue comme une opportunité d’achat.

Enfin, ne faites pas l’erreur qu’une valeur qui casse des plus-hauts historiques est synonyme d’un effondrement futur de son cours de Bourse. En règle générale, cela se fait pour de bonnes raisons fondamentales et non à la spéculation.

Bien choisir une action en bourse, c’est du boulot mais ce n’est pas si compliqué qu’en réalité

Investir en Bourse demande du travail et du temps. Personnellement, c’est le dernier point qui vous bloque et je pense que c’est une fausse excuse par manque de volonté. Ce n’est pas une agression envers vous.

L’autre point bloquant est la peur de faire des erreurs et voir votre capital s’effondrer. Sachez que l’erreur est humaine. Lorsque c’est une question d’argent, c’est plus difficile à accepter. La faute est liée à votre manque d’éducation financière.

Mon conseil est de lire des blogs comme le mien pour acquérir les connaissances de base. Puis vous n’avez pas besoin d’un diplôme en finance pour choisir vous-même une action en bourse, ou même plusieurs actions d’un seul coup.

Pour finir sur une note positive, les actions cotées restent un bon placement pour préparer votre retraite ou développer votre voie vers l’indépendance financière. La seule condition est de choisir les leaders de marché. Sur ce point, dites-moi que je vous ai bien aidé en donnant un exemple.

Vous avez des question à poser à Sovanna du blog investir en action ? Postez-les dans les commentaires. Il vous répondra avec plaisir. 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

CommentLuv badge